Pro B: Marcos Madrid et Caen sont revenus de loin

CAEN TTC-33

Le derby bas-normand entre Caen et Argentan a tenu ses promesses, mardi 9 octobre 2018. À un point près, Marcos Madrid et le Caen TTC étaient battus 3-0.

À un point près, le Caen TTC rentrait bredouille d’Argentan. Marcos Madrid était alors derrière la table face au jeune Alexis Douin. Ses coéquipiers Niagol Stoyanov et Jimmy Devaux s’étaient tour à tour inclinés devant le duo russe Arseniy Gusev / Vildan Gadiev. Le Mexicain semblait suivre le même sillage. Il était alors mené 2-1 après avoir perdu les deux premières manches de son duel avec le numéro 121 français. Marcos Madrid a sauvé la balle de match après un long échange où il ne fallait pas craquer. Il a ensuite empoché ce quatrième set 14-12, puis la belle 11-5.

« Cette année, le double est une force »

Argentan avait laissé passer sa chance. Niagol Stoyanov, non sans s’être fait une frayeur en étant poussé au cinquième set après avoir mené 2-0, a pris le meilleur sur Vildan Gadiev. La Bayard était cette fois à deux points du match. Enfin, la paire Stoyanov-Madrid s’est imposée 3-0 sur sa concurrente. Le seul match à sens unique d’une très longue soirée.

On a bien joué parce qu’on était plus relâché, observe Marcos Madrid. Cette année, notre double est une force. Niagol est très bon dans cet exercice. Qu’il joue avec Antoine (Hachard) ou moi, on partira favoris.

Favori, Caen l’est. Les Caennais assument cette ambition. « Cela met une petite pression supplémentaire, ça fait du bien. Ce sera une saison intéressante. » Les trois succès obtenus par le Caen TTC ne l’ont toutefois pas été dans la facilité. La dernière sortie à Argentan le confirme. L’absence d’Antoine Hachard n’est pas la seule explication. « On doit réussir à mieux jouer en début de match pour faire la différence plus tôt. »
Après une belle saison avec Caen sur le plan individuel, Marcos Madrid a remporté les Jeux d’Amérique centrale et des Caraïbes.

« Je me sens bizarre »

Marcos Madrid parle en connaissance de cause. Surpris par Léo de Nodrest lors de la première journée, il a été mené deux sets à zéro lors de ses deux matchs suivants, gagnés sur le fil.

Je me sens bizarre. L’année dernière, j’étais le leader de l’équipe. Ce n’est plus le cas cette année. Je joue contre des joueurs qui n’ont rien à perdre, qui se lâchent complètement. Moi, je pense d’abord à ne pas prendre trop de risques au lieu de commencer fort, comme je le ferais face à un adversaire plus fort. Pourtant, je me sens bien physiquement.

Dans une équipe où Antoine Hachard et Niagol Stoyanov arrivent tous deux de Pro A, Marcos Madrid doit appréhender un nouveau rôle. « Cela reste un rôle très important. Après, la manière dont l’équipe est faite peut changer d’un match sur l’autre selon l’adversaire, l’état de forme, etc. Nous sommes tous les trois d’un niveau équivalent. On peut s’adapter. La seule chose qui importe, c’est que l’équipe gagne. »

« Essayer de rester devant jusqu’au bout »

Et malgré une marge de progression réelle, c’est bien ce qui se produit jusqu’à présent. Or le début de saison est déjà crucial, Caen débutant par les cinq meilleures équipes de l’an dernier. « Il restera des gros matchs à jouer ensemble, mais c’est forcément très important de bien commencer. On va essayer de rester devant jusqu’au bout. » La quatrième journée opposera Caen à Tours, le dimanche 4 novembre. Entre temps, Marcos Madrid aura disputé deux opens individuels en Belgique et en Suède. De quoi, espère-t-il, engranger de la confiance avant de replonger dans le championnat collectif.