Pro B Caen enchaine à Tours

Marcos-Madrid-Julien-Piétropaoli-854x569

La semaine qui s’est écoulée entre les deux derniers mardis peut-elle avoir été décisive pour le Caen TTC ? Il faudra patienter pour le savoir, mais toujours est-il que les pongistes caennais ont rallumé une petite flamme en signant deux coups d’éclat consécutifs. Non contents d’être les premiers à faire tomber Saint-Denis – battu mardi par l’avant-dernier Boulogne-Billancourt –, ils ont infligé à Tours la même sanction. Au match aller, ce sont pourtant les Tourangeaux qui s’étaient imposés 3-1. La routourne chère à Franck Ribery serait-elle en train de tourner ?

Jimmy Devaux, figure du Caen TTC où il est l’actuel numéro 4, a son avis sur la question :

On est passé de 0,1 % de chances à 3 %.

Trois, c’est le nombre de points que Caen a récupéré à Saint-Denis en l’espace des deux dernières journées. Anecdotique ? Oui si on se fie à la première partie de saison du Caen TTC (cinq victoires et quatre défaites, même si ce décompte est trompeur compte tenu de la façon dont les points sont comptabilisés). Oui, encore, si on observe la cinquième place de Caen à six points du leader. Non si on préfère retenir les dynamiques et les calendriers.
Julien Piétropaoli a lancé Caen sur de bons rails

Et si… Et si Caen pouvait se prendre à rêver de ce sur quoi il avait tiré un trait dès les premiers mois de compétition ? Toujours est-il que le club normand fait ce qu’il faut depuis la réception de Saint-Denis. À Tours, confronté à la nécessité de confirmer sa précédente performance, il a fait ce qu’il fallait pour empocher trois points supplémentaires. « Il pouvait y avoir 25 sets au maximum, on en a joué 23 », sourit Jimmy Devaux. Caen en a gagné 13.

Privé de son leader Michel Martinez, Tours partait avec un solide atout en moins. Il l’a payé dès le premier match, lequel opposait le jeune français Lilian Bardet (né en… 2001) au vieux briscard Julien Piétropaoli (né quelques années plus tôt…). Le Caennais s’est imposé 3-1. « Il l’a bien muselé », commente Jimmy Devaux.

C’est la première fois que les deux s’affrontaient. Julien a pu le surprendre avec son jeu atypique.

Marcos Madrid devait ensuite prendre le relais contre Grégoire Jean. Dans un mauvais jour, le Mexicain s’est incliné 3-2 non sans avoir gagné la troisième manche 18-16. La belle fut à sens unique (11-4). Un résultat qui engendra quelques hésitations dans le camp caennais quant à la stratégie à adopter. Fallait-il opter pour un double Madrid/Kosowski au lieu de l’habituel Kosowski-Piétropaoli ? « Finalement, on a pris l’option de garder la même configuration. »
Les trois joueurs caennais ont remporté un point. (©Sport à Caen)
Marcos Madrid pas dans un bon jour mais décisif

Très souvent en échec cette saison, Jakub Kosowski et Julien Piétropaoli se sont de nouveau inclinés (3-2). Le Polonais a tiré le duo vers le bas mais il s’est bien rattrapé dans la foulée. Opposé à Grégoire Jean alors que son équipe était menée 2-1, et qu’une défaite de sa part ramenait tout droit vers Caen, il s’est imposé 3-1.

Il ne met pas une balle dans le premier set, puis il a le déclic. Il a super bien joué ensuite.

Il restait un dernier match pour déterminer l’issue finale des débats, même si les deux équipes n’étaient certainement pas mécontentes d’être d’ores et déjà dotées de deux points. Marcos Madrid partait favori contre le jeune Lucas Moland. Il a pourtant souffert. « C’était un Marcos des mauvais jours, reconnaît Jimmy Devaux. Il a fallu le secouer un peu ! »Marcos Madrid a finalement renversé la tendance après avoir été mené 1-0 puis 2-1. Victoire du Caen TTC 3-2 !
Un calendrier favorable

Pour avoir une chance de batailler avec les équipes du haut de tableau, Caen devra poursuivre sur cette lancée lors des deux prochaines journées. Elles l’opposeront à Boulogne-Billancourt et Nantes, deux équipes classées derrière lui. Dans le même temps, Miramas affrontera Argentan et ces mêmes ornais recevront ensuite Saint-Denis. « Les deux prochaines journées seront importantes. Si on prend six points et que les confrontations directes nous sont favorables, on peut revenir avant de recevoir Argentan (le 29 mars). »

Peut-être la remontada !

Prochain match de Caen le mardi 20 février à domicile contre Boulogne-Billancourt.