Caen Leader de la Pro A

caenttc-60

Dix victoires en quatorze journées, cinq succès en 2022, série en cours, une place de leader à quatre journées du baisser de rideau.

pour vivre heureux, le Caen TTC aspirait à vivre caché. C’est raté. À la table, il ne fait rien pour passer inaperçu. Irrésistible depuis le début de l’année, le voilà seul aux commandes de la Pro A, bien obligé de faire tomber le masque et de partager les rêves qu’il a en tête.« Oui, peut dire qu’on va essayer de jouer le titre, a reconnu Bertrand Arcil, le président du club. Ce serait idiot de ne pas l’avouer. » Même Xavier Renouvin, entraîneur connu pour son flegme et sa réserve, a admis l’évidence. « Il y a quelques semaines, j’avais dit que six équipes pouvaient être championnes de France. Désormais, il n’y en a plus que trois et Caen en fait partie.

»Renouvin : « Il reste quatre étapes, quatre combats »

La candidature du Caen TTC au titre de champion de France a pris un peu plus d’épaisseur mardi soir, à la faveur d’un succès long à se dessiner face à Saint-Denis, formation dont le classement (9e) ne reflète pas le niveau. Un succès obtenu en l’absence de Wang Yang, leader retenu en sélection, et en grande partie grâce au talent d’Antoine Hachard, enchanteur dans le costume de patron.Avec la lourde défaite concédée par La Romagne face à Angers (0-3), les Caennais ont réalisé une opération juteuse. Ils possèdent deux points d’avance sur les deux formations du Maine-et-Loire avant un choc au sommet à Angers (qui a un match en retard à jouer), le 3 mai. « Le titre ? Je suis très pragmatique, je ne crois que ce que je vois, s’est ressaisi Xavier Renouvin.

Ce serait magnifique mais il reste quatre étapes, quatre combats. Et tout peut aller très vite. Les confrontations directes vaudront leur pesant d’or. »S’ils conservent ce rythme effréné, les Caennais pourraient disputer le titre à l’occasion de la dernière journée, le 14 juin face à La Romagne. Il faudrait alors voir les choses en grand, s’approprier le Palais des sports.

« Obtenir le titre serait un exploit, estime Antoine Hachard, prudent. Il suffit d’un lourd revers pour que ça nous échappe. Il y aura pas mal de pression mais on adore jouer ce genre de match. »Au bout, peut-être, il y a un premier titre de champion de France pour une équipe masculine caennaise à décrocher. Ce serait grandiose.